Index du Forum

Les Taotiens vous souhaitent la mal-venue !
 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Petites nouvelles by Taz ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La Cité De Brâkmar -> Taverne du vent en poupe
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Taz
Taotien

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2009
Messages: 9
Classe: Ecaflip
Level:

MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 23:56 (2009)    Sujet du message: Petites nouvelles by Taz Répondre en citant

Et oui, pendant une époque, j'écrivais beaucoup, principalement sur forum rpg, mais j'ai fait une fois une petite histoire, qui ne compte que deux chapitres dont j'aimerais que vous me donniez vos avis. Bon, c'étais ya 1 ans, donc j'étais ptete encore un peu cucu, j'espère que vous me pardonnerez. Voilà voilà.


______________________________


Un petit bonhomme

 



Chapitre 1 – Une feuille bien opportune …


L’on était en un matin printanier plutôt ensoleillé. L’immense orbe enflammé rayonnait de toute sa splendeur sur cette terre. Les fins faisceaux dorés parvenaient au sol en perçant de pars en pars les légères volutes blanches qui jonchaient le bleu uniforme et infini des cieux. Ils se reflétaient dans les milliers de minuscules perles d’eau qu’avait déposé sur les innombrables brins d’herbe verts la douce rosée matinale. Comme pour accompagner ce magnifique paysage et pour relayer la froideur de la nuit, une très légère brise soufflait sur les plaines verdoyantes, et allait s’engouffrer entre les arbres de la forêt un peu plus loin de là, émettant un bruit que l’on aurait pu prendre pour la respiration de mère nature elle-même. Pour combler le tout déjà si parfait, les doux arômes qui s’échappaient des fleurs parvenaient jusqu’aux museaux de tous les animaux se trouvant dans ces étendues vertes, et les oiseaux, sûrement enjoués de toutes ces belles choses, chantonnaient joyeusement, apportant leur touche musicale à la nature, et virevoltaient gracieusement à quelques mètres au-dessus du sol. Ce paysage avait tout d’un paysage utopique, vous savez, ceux que l’on voit uniquement dans nos rêves les plus beaux, ou sur les dessins les mieux réalisés. Voyez-vous de quoi je parle ? Essayez de vous l’imaginer, oui, fermez les yeux et imaginez vous le. Vous serez alors dans l’état d’esprit le plus optimal pour la suite de cette histoire. Et la suite, la voilà.


Lui, il se trouvait là. Les brins d’herbe secoués par le vent chatouillaient ses pieds nus, et les plus grands parvenaient à lui gifler doucement les chevilles. Ses fines jambes, soutenant tout son corps restaient immobiles, et étaient recouvertes d’un jean, ni trop grand, ni trop court, juste de la bonne taille. Ses bras, plutôt fluet, partait légèrement d’un côté, sous l’influence de la brise. Son petit torse se dressait fièrement fasse au vent, ce dernier faisait onduler en mouvements irréguliers son maillot noir, encore une fois de la bonne taille, plutôt fougueusement. Ses cheveux bruns, ni court ni long, voletaient dans le vent, aux mêmes rythmes irréguliers que son haut. Sa bouche était très légèrement entrouverte, si bien que l’on eût pu penser que ce jeune garçon était en admiration, peut-être, devant quelque objet invisible. Puis, lentement, ses lèvres s’unirent pour former un sourire sincère et enfantin. Ses yeux, qui jusque là n’avait reflété aucun sentiment, pétillèrent de joie, ou de bonheur, d’un sentiment joyeux en tous cas. Ils semblèrent même s’allumer, pour briller d’une flamme intense, une flamme qui semblait éclairer tout son esprit de l’intérieur. Le marron de ses yeux étaient si vivant à présent ! Une feuille verte, transporté par un coup de vent particulièrement puissant, vint se poser sur sa frêle épaule gauche. Tout en conservant son sourire, il tourna la tête vers la gauche, et ses yeux roulèrent dans leur orbite dans la même direction, sûrement afin de mieux voir cette invitée opportune. Il la toisa. Elle était très verte, même toute verte, oui, entièrement. Du vert plus ou moins clair par-ci par-là bien sur, mais seulement du vert, rien d’autre. De la même façon que ses yeux étaient marron, cette feuille était verte. De plus, elle était magnifiquement dessinée : la feuille parfaite s’était docilement posée sur son omoplate gauche. Il  sourit alors plus amplement, créant des creux sur ses joues, et découvrant ses dents blanches. Son visage s’alluma d’une expression d’extrême réjouissance. Sa tête tourna cette fois-ci vers la droite, et ses iris couleur bois revinrent au beau milieu de ses yeux, tout en conservant le large sourire dont sa bouche s’était pourvue lorsqu’il avait admiré la feuille. Il resta ainsi pendant quelques secondes, puis, poussé par on ne sait quelle raison, son pieds droit se décolla du sol, pour venir se poser quelques centimètres plus loin que sa position initiale. Il commença ainsi à marcher. Il ne savait pas où il allait, mais il y allait ! Et la feuille ne tomba pas. Il avançait, une feuille sur l’épaule gauche, et un sourire sur le visage …


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Aoû - 23:56 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Taz
Taotien

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2009
Messages: 9
Classe: Ecaflip
Level:

MessagePosté le: Lun 31 Aoû - 00:04 (2009)    Sujet du message: Petites nouvelles by Taz Répondre en citant



Chapitre 2 – Une rose tant attendue …



Notre jeune ami fin comme un brin d’herbe marchait donc calmement dans l’herbe verte de la prairie qui s’offrait à ses yeux marrons. Alors qu’il avançait avec légèreté, il arriva perpendiculairement sur un chemin en terre battue. Il tourna sa tête vers droite, essayant d’apercevoir jusqu’où allait ce sentier, mais il ne vit pas de fin. « Intéressant », se dit-il puérilement en lui-même. Alors il tourna le reste de son corps fragile, et continua d’avancer, d’un pas plus vif tout de même. Il avait toujours été très curieux, notre jeune ami, aussi se promit-il avec un engagement et un sérieux démesurés qu’il parviendrait au-delà de ce chemin de terre, afin de découvrir le secret que cachait son aboutissement, car le jeune garçon s’était mit en tête qu’une chose importante se passerait une fois arrivé à destination. Il commença alors sa longue marche. A chacun de ses pas légers, ses talons décollés du sol laissaient pour seule trace de leur passage une élégante volute de poussières que le vent dissolvait et emportait au loin. Mais, alors que le jeune garçon marchait rapidement et calmement, il entendit un grognement. Il s’arrêta alors, sur un pied, et tourna vivement la tête de tous côtés, essayant de trouver la source de ce bruit sourd, mais rien, aucun animal suspect, aucun humain non plus, sauf lui. Le grognement se fit entendre une nouvelle fois, mais toujours rien d’anormal. Au troisième grognement, le jeune garçon réalisa enfin que la seule chose responsable de ces inquiètent bruits n’était autre que sa faim. Il baissa les yeux sur son ventre, et se moqua lui-même de son moment de doute. Il rigola d’un rire cristallin et enfantin, découvrant complètement l’intérieur de sa bouche à qui voulait la voir. Justement, après ce moment si amusant aux yeux insouciants du petit garçon, il aperçut une sorte de charrette. Elle avançait, chancelante, sur le chemin de terre. Elle donnait l’impression de pouvoir s’écrouler à chaque tour qu’exécutaient ses roues mal fixées. Elle grinçait tellement que le garçon pouvait l’entendre, bien qu’il fût à plusieurs mètre encore du convois de fortune. Ce dernier arriva lentement, et notre jeune ami eut largement le temps de s’écarter de la route pour laisser passer le vieil homme qui conduisait la charrette en question. Mais, une fois que la charrette fut arrivée à la hauteur du garçon, son sourire et son éternelle expression enjoué disparurent pour laisser place à un air interrogatif. Le bouche du jeune garçon effectua une mimique plutôt originale : elle s’entrouvrit, se referma presque totalement, puis s’ouvrit, définitivement cette fois, pour formuler une question sur un ton puérilement interrogatif :


-Garçon- « Hep hep m’sieur ! T’aurais pas vu une fleur pas loin ? Une rose, oui, je cherche une rose. (se parlant à lui-même) Une belle rose, un rose que je pourrais regarder pousser. (reparlant au vieil homme) Alors alors ? Est-ce que t’as vu une rose ? »


-Vieil homme- « Hu hu hu, voilà là un petit garçon bien impétueux ! Et bien mon jeune enfant, continu donc sur cette route, tu trouvera ton bonheur à quelques pas en suivant ce chemin, si ma mémoire de vieil homme ne me fait pas défaut. »

-Garçon- « Merci beaucoup papi ! Dis, dis ! Tu voudrais pas venir avec moi et regarder pousser la fleure ? »

-Vieil homme- « Hu hu hu, et bien, toi, tu es jeune, insouciant, moi je suis vieux et aigri, j'ai perdu l'insouciance qui fait de toi quelqu'un de si pure, je ne peux plus me permettre le luxe de regarder pousser les fleures. Avec l'âge, tu sais. »


-Garçon- « Si c'est ça être vieux, je préfère rester jeune toute ma vie alors ! »

-Vieil homme- « Et bien, j'espère de tout coeur que ton voeux seras exaucé, c'est pas totu les jours marrant, la vieillerie ! Enfin, je ne te retiens pas plus longtemps, petit bonhomme, va donc voir pousser cette rose. »


Après qu’un grand sourire, le même que celui qui avait illuminé son visage lorsqu’il avait vu le feuille qui se tenait toujours docilement sur son épaule, ait remercié le vieil homme, le jeune garçon s’en alla tranquillement, sautillant de joie et d’excitation à l’idée de trouver une rose. Après quelques secondes de marche, il trouva la rose promise. Quand il se retourna afin de remercier d’un autre sourire si sincère le vieil homme, il ne vit plus l’amas de bois mal vissé. Il pensa fort au vieux monsieur, en le gratifiant de tout un tas de compliments que seuls les enfants jugent vraiment glorifiants, puis regarda la rose : elle était plutôt haute, elle arrivait vers le bas du maigre genoux du petit garçon. Elle possédait cinq épines, qui impressionnèrent grandement notre jeune ami, qui ne put étouffer une légère exclamation. Le vert du bourgeon laissait apercevoir un très petit bout de le belle fleur. Il faudrait attendre longtemps pour espérer voir la magnifique couleur dont était pourvues les rose des plaines. Mais bien décidé à connaître l’intense rouge qu’elle pourrait livrer à ses yeux chocolats, le garçon voulut rester ici, le temps qu’il faudrait à la rose pour se dévoiler. Il courba sa colonne vertébrale vers l’avant, toucha de sa main droite le sol terreux, puis se laissa tomber de tout son poids par terre, soulevant un nuage de poussière à peine plus gros que celui que laissaient derrière eux ses talons. Son visage était lavé de tout sentiment, il regardait calmement et très très attentivement la rose. Son amie verte se tenait toujours à plat sur sa légère épaule gauche. Il attendit, attendit. Peut-être même qu’une journée ou deux entières passèrent. Le petit garçon était dans un état second depuis un certain moment lorsqu’il revint à lui. La rose avait changé ! Elle avait enfin déployé ses rouges et majestueux pétales. Elle avait un air vraiment élégant comme ça pensa le jeune garçon. Mais ce qui l’étonna, c’est qu’il ne l’avait pas vu changer. Pourtant elle avait changé, ça il en était sûr, elle était maintenant totalement découverte, et il était resté là à la regarder, sûrement sans vraiment la voir. Très intrigué, et un brin triste, il se releva. Mais, sous la beauté éclatante, rendue encore plus importante par les doux rayons du soleil, de la fleur, il sourit une nouvelle fois, et retrouva sa mine infantile et enjouée. Il estima que sa longue attente méritait une récompense, et cueillit donc amicalement et le plus naturellement du monde la jeune fleur. Celle-ci ne lui en voudrait pas, il en était sûr. Il fit bien attention à ne pas se blesser sur les puissante griffes de sa nouvelle amie, et la coinça entre l’index et le pouce de sa main droite.


Il reprit alors sa route, avec sur son épaule une feuille verte, dans sa main droite une belle rose, et sur son visage, ce sourire éternelle …


Revenir en haut
Ability
Intructeur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Aoû 2009
Messages: 82
Localisation: Genève, Suisse
Féminin Poissons (20fev-20mar)
Classe: Cra
Level:

MessagePosté le: Lun 31 Aoû - 12:21 (2009)    Sujet du message: Petites nouvelles by Taz Répondre en citant

J'adore, tu t'exprimes vraiment bien ! Very Happy
~~~~~~~~~~~~~~
<3 <3 Lui <3 <3


Revenir en haut
Taz
Taotien

Hors ligne

Inscrit le: 27 Aoû 2009
Messages: 9
Classe: Ecaflip
Level:

MessagePosté le: Lun 21 Sep - 00:45 (2009)    Sujet du message: Petites nouvelles by Taz Répondre en citant

Merci beaucoup ^^

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:28 (2018)    Sujet du message: Petites nouvelles by Taz

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> La Cité De Brâkmar -> Taverne du vent en poupe Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com